Univers Apple

17
Juil.
2018

L'├ęternelle d├ęsillusion de l'Apple Store

Publié par sky

Pour certains, voir pour le plus grand nombre, se rendre dans un Apple Store est synonyme de plaisir, d'une chouette visite dans une boutique un peu différente. Tout le monde semble franchir les portes avec tout un tas d'étoiles dans les yeux. Et cela se comprend, les boutiques physiques d'Apple sont très recherchées d'un point de vue graphique. Le design extrêmement simpliste, toujours autour du blanc, et très travaillé, avec des meubles et un éclairage très smart, donne l'impression de rentrer dans un autre univers mêlant haute technologie et un peu de magie. La présentation des produits est millimétrée, limitant le nombre de produit pour garder un espace autour de chacun. Et où que l'on regarde, on y voit un t-shirt bleu du personnel, laissant penser qu'il y aura toujours quelqu'un de disponible pour nous. Bref, les Apple Store semble être le Saint-Graal ultime de la topissitude de la boutique à visiter ...

Pour moi, il en est tout autrement ...  Cela fait 33 ans que j'utilise du Mac, et je connais suffisamment bien les différentes versions successives du système d'exploitation pour ne pas avoir besoin d'Apple de ce côté là, quant au matériel, s'il s'agit de petits soucis, bien souvent, j'arrive à me débrouiller seul. Je ne me rends donc en boutique que lorsque ce que c'est vraiment nécessaire. D'aussi loin que je me souvienne, que ce soit dans les Apple Store ou les APR bien avant l'arrivée dès boutiques Apple, rentrer chez ces spécialistes a toujours été suivi d'une très forte désillusion.

Et ce n'est pas ma récente visite dans un Apple Store qui aura changé cette longue série de déceptions ... Pourtant, cela avait fort bien commencé.

Souhaitant changer les batteries d'un iPhone 6S et de deux MacBookAir, j'appelle la boutique au téléphone. J'arrive à obtenir un rendez-vous rapidement, et la personne au bout du fil me certifiant même qu'il n'y aurait aucun soucis et que les changements pourront être fait directement sur place et sur le moment. Que du bonheur ! Je me rends donc le jour du rendez-vous dans l'Apple Store, ou blindé de monde, j'attends patiemment mon tour au Genius Bar.

Un premier Bleu s'avance vers moi, me proposant de prendre en charge mon téléphone mobile. Il m'indique cependant, qu'il ne peut pas être fait immédiatement, contrairement à ce qui m'avait été dit au téléphone. Ne sachant pas quand j'aurais le temps de revenir à la boutique, je préfère ne pas le laisser. Il me confirme, désolé, qu'il ne peut rien faire du plus pour moi. Première déconvenue ...

J'attends de nouveau, espérant que la prise en charge des deux MacBookAir soit plus efficace. Après quelques minutes, un autre Bleu, en charge des Mac, propose de s'occuper de moi. Je commence avec le premier, un MacBookAir mid-2011 qui fonctionne très bien, mais dont la batterie ne tient plus au delà d'une demi-heure. Rapidement, en regardant le numéro de série, mon Genius m'indique que mon Mac est désormais Vintage, et que donc il ne peut rien pour moi. Oui, Vintage, ça fait plus classe que "Vieux" pour annoncer qu'Apple n'en a plus rien à faire de ma machine. D'autant, que ce Mac acheté en 2012, n'ayant donc QUE 6 ans, tourne sous High Sierra la dernière version de l'OS d'Apple, et que je ne demande pas un changement d'importance sur le Mac, comme la carte mère ou l'écran, mais simplement la batterie, un élément considéré comme un consommable par Apple. Seconde claque ...

Nous attaquons le second MacBookAir, un modèle de 2012, dont la batterie est complètement HS et qui ne démarre plus. Après un petit diagnostic rapide (et gratuit ouf), il s'avère que c'est la mémoire qui est défectueuse, le résultat est sans appel, c'est un changement de carte-mère ou rien. Un changement de carte mère qui ne vaut pas le coup, surtout, directement chez Apple. Hors, tant que la batterie se chargeait, ne serait-ce qu'un tout petit peu, le Mac démarrait, pas à chaque fois, mais finissait par démarrer et était stable sur le long terme. Chute finale ...

Au final, si cela partait bien, le résultat final est identique à toutes mes précédentes visites, d'une inutilité sans nom, et une sacrée perte de temps, avec mes 3 appareils n'ayant pas bougé d'un iota.

 

Il y a cependant quelques points que je retiendrai cependant de cette visite !

1/ Il ne faut pas acheter un Mac en fin de vie. La durée de vie, avant mise en Vintage semble de de plus en plus courte, alors que le cycle de renouvellement des Mac est de plus en plus long. Il en résulte qu'acheter un Mac en fin de vie le rendra irrémédiablement Vintage prématurément. D'autant plus lors d'un achat sur le Refurb, il faut vraiment prendre en considération son obsolescence précoce !

2/ Apple nous vante depuis plusieurs années que bloquer les pièces dans les machines n'est pas une mauvaise chose, puisque la société apporte un support sans faille à ses machines. Publicité mensongère ? Oui, je le pense sincèrement ! Pour le second MacBookAir, il aurait suffit de simplement tester une nouvelle barrette de RAM pour vérifier, comme sur n'importe quel PC..., alors que désormais le verdict est immédiat : La Mort !

Mais pire ! Ou presque ... Dès lors que son Mac est considéré comme trop vieux, il n'y a plus aucun moyen de faire les réparations, puisqu'il n'y a plus aucun support ! Double mensonge...

3/ On le savait déjà mais la qualité, et surtout la fiabilité des Mac baissent petit à petit. Les deux MacBookAir venaient en remplacement de deux MacBook Pro, hauts de gamme, dont un avait couté près de 3 500€. Ce MacBook Pro avait tenu 5 ans avant de mourrir, alors que le second n'avait tenu que 3 ans et était mort d'une erreur d'un APR (qu'il n'avait pas voulu reconnaitre, mais je n'ai jamais vu un cable de ventilateur se débrancher tout seul ...).
Nous avions alors choisi de ne plus prendre du haut de gamme mais plutôt les premiers prix, et de passer par le Refurb Store, afin de limiter le "coût" par an. Et nous avons bien fait, puisque'un cycle de 5 ans semble être la durée de vie choisie par Apple. L'autre MacBookAir fonctionne toujours, certes, mais n'a plus aucun intérêt vu qu'il n'est absolument plus mobile.

A côté de ça, je possède un G4 Cube, acheté en 2001, une tour G4 Sawtooth, achetée en 1999, et même un 8100/110 de 1994, qui, tous autant qu'ils sont, ont démarré sans soucis lors de leur dernière utilisation ! Ceux là, sont pour le coup Vintage ! Et dans le bon sens du terme ...

Tous les ordinateurs cités ci-dessus, ont tous eu la même utilisation, très intensive. Il se peut que les portables aient même été un peu plus choyés que les vieux suite aux mauvaises expériences des MacBook Pro.

Mieux, il traine toujours un MacPlus de 1985 qui fait un magnifique "Bong" au démarrage mais dont l'écran cathodique ne fonctionne plus, l'image est écrasée sur l'un des côtés.

4/ Si je comprenais la montée en puissance des hackintosh, ces PCs sur lesquels on installe macOS, je restai persuadé qu'il est toujours mieux d'utiliser un Mac pour faire tourner macOS. Mais lorsque le couperet est tombé pour le second MacBookAir, je me suis surpris à prendre mon mobile, me connecter au Wifi de l'Apple Store pour rechercher sur Google "hackintosh laptop". Et comment vous dire ... les résultats qui me sont apparus sont la seule chose qui m'aie redonner le sourire lors de cette visite.

Au final, pourquoi mettre 1500€ dans une machine qui ne tient que 5 ans, alors que je peux mettre 3 fois moins pour la même durée de vie.

5/ Histoire d'être un peu taquin, il semble que nous n'avons pas la même signification, avec Apple, du mot Genius. Le terme Genius Bar est à revoir ! Je ne blâme pas les Bleus, qui, aussi gentils et souriants qu'ils soient, ne suivent que les directives de la maison mère. Il y a, certes, toujours ce petit ton hautain et "mieux que tout le monde", mais je crois que cela va avec la pomme qui frappe leur t-shirt.


Le "c'était mieux avant" est toujours quelque chose qui m'a choqué. J'ai toujours eu tendance à aller de l'avant, et de penser que la technologie (mais cela vaut aussi pour d'autres domaines) ne pouvait aller qu'en s'améliorant et en apportant des solutions plutôt que des problèmes. Depuis quelques années, Apple s'escrime à nous démontrer le contraire, avec une tenacité remarquable. Donc aujourd'hui, je le dis, haut et fort :

Apple, c'était mieux avant.

Si j'ai toujours supporté Apple, depuis mes premiers pas dans l'informatique sur ce fameux Mac Plus, c'était d'une part pour l'OS, que j'ai toujours adoré, et pour la fiabilité de ses machines. La fiabilité, c'est désormais de l'histoire ancienne, elle est même classée Vintage, comme dirait Apple. Je l'ai déjà dit dans un précédent article, et je le redis en encore, tant que mon Mac Pro 2009 tient, je n'en changerai pas, et même constat pour le MacBook Air 2011, dans une moindre mesure. Quant au MacBook Air 2012, je regarde actuellement les solutions hors Apple qui s'offrent à moi, que ce soit en réparation ou en machine de remplacement.

Il y a toujours macOS, qui reste, à mon humble avis et pour l'utilisation que j'en fais, le meilleur OS à ce jour. Tant que ce sera le cas, je continuerai de travailler avec, que ce soit sur un Mac ou une autre machine, et tant pis pour Apple. Mais je ne manque pas de jeter un oeil, de temps en temps, sur ce qu'il se fait dans d'autres écosystèmes, notamment sur Linux.

 

Mise à jour du 18 juillet

Le 2nd MacBookAir a fini par redémarrer, une fois la batterie une nouvelle fois entièrement vidée. Mais comme Apple n'a pas voulu la changé, sous prétexte que ce n'était pas le problème, le Mac est inutilisable.

En le redémarrant, nous nous sommes rendu compte qu'Apple est la seule compagnie qui peut se permettre de refuser des demandes (facturables) de ses clients.

Et pire, qui peut dire ce que le client doit faire, contre son avis. Si je vais chez mon garagiste et que je lui demande de changer le moteur, il va, certes, m'en décourager pour tout un tas de raison, mais si je lui confirme, il le fera. Apple est au dessus de ça...

 
 
Commentaires
Aucun commentaire pour le moment.

 

Poster un commentaire
En postant sur skymac.org, je m'engage à être courtois et à ce que mon message soit pertinent avec le sujet de l'article.
En outre, j'accepte, sans condition, que mon message soit refusé et supprimé si ces règles ne sont pas appliquées.
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En continuant, vous acceptez leur utilisation sur notre site internet.
Accepter