Admin/Dev

16
Déc.
2017

Guide du débutant : Les bases du fonctionnement d'internet - Partie 4 - Neutralité d'Internet

Publié par sky

Profitons d'un moment d'actualité pour compléter notre exploration de l'internet et de son fonctionnement.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, a eu lieu un vote très important quant au futur d'Internet. La FCC (Federal Communications Commission), en charge de la régulation des informations aux Etats-Unis, a mis en place une circulaire nommée « Restoring Internet Freedom » ou « restaurer la liberté d’internet » en français, qui a pour but de tout simplement mettre fin à la neutralité de l'internet, aux Etats-Unis.

Ce vote n'a pas fait l'unanimité, bien au contraire. De nombreuses personnalités de la Silicon Valley ou des sociétés High Tech, de manières plus générales, ont exprimé leurs réticences et ont tenté de lancer de nombreuses alertes afin de faire annuler ce vote. Et ce n'est pas tout, certaines de ces pointures, telles que Steve Wozniak, co-fondateur d'Apple, associées à de nombreux pionniers de l'Internet, en particulier, Vinton Cerf, co-créateurs du protocole TCP/IP et considéré comme l'un des pères fondateurs d'internet, ou encore Tim Berners-Lee, inventeur du World Wide Web, ont écrit une lettre ouverte adressée au congrès demandant la suppression pure et simple de cette mention, appellant à la protection d'Internet tout en soulignant la méconnaissance de cet outil des personnes qui ont effectué ce vote.

Cette circulaire est sensée permettre aux fournisseurs d'accès à Internet de relancer l'innovation ainsi que les investissements, mais au final, cette « libération d’internet » soulève pas mal de questions.

 

Qu'est ce que la neutralité d'internet ?

Commençons par le début, on parle beaucoup de cette neutralité de l'internet, mais qu'est ce que c'est finalement ?

Il s'agit tout simplement, de l'un des principes fondamentaux d'Internet qui garantit la non-discrimination, et la non-altération des flux sur le réseau. Cela inclut l'accès à tous à la globalité de l'information sans limite ni bridage des débits, ainsi que l'intégrité (sans ajout, suppression, ni modification) des contenus lors du transit de l'information.

 

Pourquoi en est on arrivé la ?

D'années en années, l'utilisation d'internet a très largement changé, nous l'utilisons de plus en plus, mais nous utilisons aussi une quantité de données de plus en plus grande. Il suffit de voir le succès des plateformes de partage ou de streaming vidéo pour s'en convaincre. La résolution et la qualité des vidéos lues étant de plus en plus grandes, et nécessitent de plus en plus de débit.

Et obtenir ces nouveaux débits a un coût, il faut des installations de plus en plus performantes pour faire transiter toutes les données que l'on consomme tous les jours. En libérant les fournisseurs d'accès de la neutralité d'internet, la FCC pensent qu'elle permettra à ces sociétés de mieux se renouveler.

 

Qu'est ce que cela va changer, et est ce que cela va vraiment restaurer la liberté ?

Aux Etats-Unis, les fournisseurs d'accès vont désormais avoir la liberté de limiter le débit, voir de bloquer certains contenus selon leur bon vouloir.

Ainsi, ils pourront aussi prioritiser certains contenus par rapport à d'autres, ainsi ils pourront demander à certains services en ligne de payer si la consommation de bande passante est trop forte, c'est peut être la fin de la gratuité de Youtube ou d'autres services tel qu'on la connait.

Pire, il pourrait décider de brider les débits lors de l'accès à certains services. Et avec le rassemblement des sociétés de média et d'Internet à travers de gigantesques entités qui souhaitent multiplier leurs compétences, afin de grossir sans risquer d'être épinglées la commission de régulation de compétence, comme on a pu récemment le voir avec le rapprochement d'AT&T et TimeWarner, le fournisseur pourrait tout simplement brider les services concurrents afin de favoriser les siens.

En plus de devoir choisir son services de streaming (Netflix, Amazon Prime, ou autre), il faudra aussi choisir le fournisseur d'accès qui va bien avec le service de vidéo à la demande. Et si l'on veut plusieurs services ? Et bien il faudra peut être disposer de plusieurs accès à internet.

Mais les sociétés de médias ne seront pas les seules à payer, un fournisseur pourrait décider que l'accès à Facebook, à Youtube ou à n'importe quel autre service en ligne, fort consommateur de bande passante nécessiterait de prendre un abonnement supplémentaire. Ainsi en plus du forfait de base, il faudra choisir les options que l'on souhaite selon les sites que l'on voudra visiter.

Vous imaginer devoir payer quelques euros de plus pour accéder à un site internet bien particulier ?

Si cela peut être anodin, même si fort désagréable, avec des sites de vidéos, ou Facebook dont on pourrait fortement se passer, cela pourrait devenir très embêtant avec des sites internet d'informations tel que Wikipedia ou le site de de votre journal en ligne (ou même ce blog) si l'on venait à publier une critique pouvant vexer le fournisseur décidant de couper tout simplement l'accès.

Et si cela marche pour le web, cela peut aussi l'être pour d'autres services passant par internet. Ainsi Skype, les jeux en ligne, les emails, les torrents, ou n'importe quel autre service utilisant des ports autres que les traditionnels 80 et 443 du web, pourraient être bloqué, à moins de payer quelques euros/dollars supplémentaires.

Enfin, pour les entreprises le résultat pourrait catastrophique, l'accès à l'information dans sa globalité est devenue une nécessité, de plus, les sociétés utilisant Internet pour vendre leurs produits, utilisant des ports spécifiques pour leurs propres services pourraient tout simplement se retrouver amputés d'une partie de leur public ou de leurs outils.

Au final, les Etats-Unis vont se retrouver avec une fragmentation de l'internet, et une difficulté constante à trouver l'offre parfaite, sans avoir à débourser des dizaines de dollars.

Ou au contraire, l'intégrité du contenu n'étant plus garantie, les internautes pourront se retrouver avec un abonnement très peu cher, mais avec des publicités intégrées dans chaque page, au profit du fournisseur d'accès. Et n'espérez pas flairer la bonne affaire en utilisant un bloqueur de publicité, ceux ci seront détectés et les pages ne seront alors pas affichées. Heureusement, le HTTPS peut nous aider, car il garantit l'intégrité du contenu, comme nous l'avions vu dans la partie 3 de notre série dédiée au fonctionnement d'internet.

Et si vous ne pensiez que vous n'aviez qu'un seul fournisseur d'accès, vous êtes bien loin du compte. En effet, l'information pour aller d'un serveur à votre poste transite par de très nombreux routeurs, pour s'en rendre compte, ouvrez un terminal et utilisez la commande traceroute, par exemple :

traceroute www.youtube.com
traceroute: Warning: www.youtube.com has multiple addresses; using 172.217.19.238
traceroute to youtube-ui.l.google.com (172.217.19.238), 64 hops max, 52 byte packets
 1  192.168.1.254 (192.168.1.254)  1.011 ms  0.750 ms  0.698 ms
 2  bar06-6-88-168-146-254.fbx.proxad.net (88.168.146.254)  24.217 ms  25.161 ms  23.410 ms
 3  213.228.12.254 (213.228.12.254)  24.977 ms  24.458 ms  25.797 ms
 4  marseille-crs8-1-be1006.intf.routers.proxad.net (194.149.160.137)  29.433 ms  27.189 ms  28.129 ms
 5  p11-crs16-1-be1102.intf.routers.proxad.net (78.254.249.89)  39.705 ms  39.123 ms  40.147 ms
 6  cbv-crs8-1.intf.routers.proxad.net (78.254.249.102)  37.758 ms  38.205 ms  37.338 ms
 7  72.14.221.62 (72.14.221.62)  38.061 ms  37.215 ms  37.196 ms
 8  108.170.244.193 (108.170.244.193)  38.284 ms
    108.170.245.1 (108.170.245.1)  37.655 ms
    108.170.244.193 (108.170.244.193)  37.887 ms
 9  216.239.59.209 (216.239.59.209)  38.844 ms
    216.239.59.211 (216.239.59.211)  37.741 ms
    216.239.59.209 (216.239.59.209)  38.161 ms
10  par21s11-in-f14.1e100.net (172.217.19.238)  38.307 ms  36.419 ms  37.760 ms

Si ces sociétés sont considérées comme des fournisseurs d'accès ou sont aussi affectées par cette loi, il faut imaginer l'empilement des coûts (ou des publicités), à chaque routeur traversé.

Et quels sont les avantages vantés par la FCC à travers le slogan « Restoring Internet Freedom » ? Et bien, c'est pour l'instant, plutôt flou, car le but est de relancer l'investissement, mais pour investir il faut de l'argent, et pour obtenir de l'argent, il faudra passer par l'une ou l'autre des solutions citées ci-dessus.

Si la FCC a d'ores et déjà annoncé qu'elle surveillerait de près les agissements des fournisseurs d'accès, on peut cependant se demander si avec le temps, cette surveillance ne sera oubliée, dans 10 ans, dans 5 ans, peut être moins. Ce sera alors la porte ouverte à toutes les déviances et Internet deviendra un juteux marché pour lesquels les fournisseurs d'accès disposeront de tous les droits.

Internautes et sociétés dépendantes d'internet sont désormais à la totale merci des fournisseurs d'accès qui pourront faire exactement ce qu'ils veulent. Finalement, l'« internet freedom » annoncée est bien présente, mais pas du côté des internautes... La liberté ayant toujours existé sur Internet vient d'être sacrifiée sur l'autel du dieu Dollar, en oubliant qu'Internet n'appartient pas aux Etats-Unis, mais est un outil universel dédié au savoir, soulignant la réelle méconnaissance de la commission sur le sujet "Internet".

Encore un exemple où les politiques tentent de réduire la population à l'état de mouton, et d'annihiler tout esprit critique ?

 

Qu'est ce que cela va changer pour nous en Europe ?

Cette action ne touche pour l'instant, que les Etats-Unis, et les fournisseurs d'accès, on pourrait donc penser que nous sommes à l'abri, sur notre bon vieux continent. D'une certaine mesure, c'est vrai, tant que l'on reste sur des sites internet et services situés hors des Etats-Unis.

Car pour l'instant, nous sommes un peu dans l'incertitude concernant les sociétés américaines qui gèrent les routeurs et cables trans-continentaux qui permettent de transmettre les informations depuis les serveurs américains vers nos contrées.

Si ces sociétés décident de faire aussi payer les FAI dans le reste du monde, on risque de subir aussi des coupures, ralentissements ou une hausse du tarif d'Internet, malgré le fait que l'on soit toujours, de notre côté de l'océan, en présence d'un internet neutre.

 

Est ce que cela peut arriver en Europe ou en France ?

Et bien, il faut espérer que non, cependant, certaines personnes voient cette première action américaine comme une bénédiction. En effet, Stéphane Richard, actuel PDG d’Orange, est un farouche opposant à neutralité du net. Ayant les mêmes idées que Ajit Pai, président de la FCC, il n'a eu de cesse, depuis plusieurs années, de clamer que la neutralité de l'internet est un frein à l'innovation, sans forcement démontrer ne serait-ce qu'une idée qui pourrait être développée s'il n'y avait plus cette neutralité de l'internet.

Et quand on voit les opposants qui se sont levés aux Etats-Unis, les inventeurs même de l'internet, on a bien du mal à se demander ce qui pourrait arrêter le mouvement si nos politiques se décidaient à adopter les mêmes idées.

 

Qu'est ce qui peut nous protéger du désastre ?

Actuellement, il est bien difficile d'imaginer une solution pour endiguer cette tornade. Il faut espérer que l'on puisse compter sur des fournisseurs d'accès ayant une vision plus libre d'internet qu'Orange, tel que Free ou OVH. Et si ce n'était pas le cas, il faudrait alors se tourner vers la création d'un internet alternatif, se passant totalement des fournisseurs d'accès.

 
Sommaire de la série
 
 
Commentaires
Aucun commentaire pour le moment.

 

Poster un commentaire
En postant sur skymac.org, je m'engage à être courtois et à ce que mon message soit pertinent avec le sujet de l'article.
En outre, j'accepte, sans condition, que mon message soit refusé et supprimé si ces règles ne sont pas appliquées.
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En continuant, vous acceptez leur utilisation sur notre site internet.
Accepter