Jeux vidéo

21
Nov.
2017

[MàJ 22/11/17] Test : GT Sport

Publié par sky

Test skymac : GT Sport

Mise à jour du 22 Novembre 2017

Petite mise à jour de l'article, suite à une annonce de Polyphony Digital, et quelle annonce ! Dès le 27 de ce mois, il y aura 3 nouvelles voitures disponibles : encore une Vision GT, la ISO Rivolta Zagato VGT (Gr X) mais surtout, l'Audi R18 (Gr1) et la Cobra 427 (N500). Nous sommes gatés.

Et ce n'est pas tout, une mise à jour arrivera en décembre, avec de nouveau, 12 nouvelles voitures, en voici la liste :

  • Mazda RX-7 Spirit R Type A (FD)
  • Nissan Skyline GT-R V・spec II (R32)
  • Nissan Skyline GT-R V・spec II Nür (R34)
  • Ford F-150 SVT Raptor
  • Lamborghini Countach LP400
  • Ferrari F40
  • Ferrari Enzo Ferrari
  • KTM X-BOW R
  • Suzuki Swift Sport
  • Volkswagen Samba Bus Type 2 (T1)
  • Chris Holstrom Concepts 1967 Chevy Nova
  • Chevrolet Corvette Stingray Convertible (C3)

Les Skyline GT-R (R34) sont de retour, et nous n'allons pas nous en plaindre. L'étonnante absence de la F40 est enfin réparée. Pour compléter ce tableau déjà fort sympathique, un VRAI mode solo devrait aussi faire son apparition, très proche que de ce que l'on a toujours connu dans la série.

Enfin, ce sera un total de 50 voitures qui vont arriver jusqu'en mars 2018, et de nouveaux circuits ne sont pas exclus. J'ai hate de profiter de ces updates, mais aussi de voir ce qui arrivera ensuite. "Je suis bonheur ! "

Ca y est ! Il est bien là, enfin là ! 4 ans après la sortie de la Playstation 4, un épisode de Gran Turismo montre enfin le bout de son nez.

Mais ne nous extasions pas trop vite ! GT Sport n'est pas un Gran Turismo comme tous les autres. Cet épisode à part se veut comme une nouvelle branche de la franchise accès sur le Sport comme son nom l'indique. D'ailleurs l'abréviation GT au lieu de Gran Turismo enfonce le clou pour vraiment indiquer qu'il ne s'agit pas d'un Gran Turismo comme nous avions pu les voir jusqu'à maintenant.

Heureusement pour nous, il ne s'agit pas d'un épisode Prologue, ces espèces de démos payantes, très limitées en contenus, et surtout présentes pour faire béta-tester de nouvelles fonctionnalités et patienter les joueurs tout en finançant le jeu, bref d'une pierre trois coups.

Non, il s'agit d'un jeu complet même si le contenu semble gravement amputé par rapport à tout ce que l'on a connu. Un conseil donc, si vous ne commencez le jeu que maintenant, oubliez tout ce que vous avez connu avec Gran Turismo, repartez avec oeil neuf !

 

Contenu de qualité, mais pas en quantité

Gros retour en arrière concernant le nombre de voitures et de circuits, il est assez déconcertant de ne seulement voir que 170 véhicules et 17 circuits, disposant, heureusement, de quelques variations pour augmenter virtuellement ce faible nombre. Alors que Polyphony Digital nous avait habitué à l'opulence, avec un Gran Turismo 6 qui proposait 1200 voitures, et près de 40 circuits, cela parait presque triste.

Parmi les 17 circuits, on retrouve évidemment le Nürburgring, véritable étendard de la série, ainsi d'autres circuits issus du monde réel tel que Brands Hatch, Willow Springs ou Mount Panorama que l'on avait déjà vu, mais aussi un nouveau : Interlagos. A côté de cela, il y aussi toute une série de nouveaux circuits fictifs, dont deux ovales, et trois pistes rallyes, dont nous reparlerons après.

Toutes ces pistes, qu'elles soient déjà présentes ou nouvelles, réelles ou fictives, sont toutes très agréables à rouler, et c'est finalement le plus important.  Mais où sont les mythiques Spa, Monza, Monaco que l'on avait dans les épisodes précédemment, on en vient même à regretter les circuits fictifs mais finalement historiques du jeu tels que Grand Valley, Deep Forest, Midfield, Trial Mountain ou encore Apricot Hill.

170 voitures ? Qui l'aurait franchement cru ? PD a surpris tout le monde en annonçant ce chiffre très surprenant. D'ailleurs, ils ont vraiment bien fait de l'annoncer très tôt ! Trop proche de la sortie, ils se seraient fait lynchés par une communauté en attente depuis trop longtemps. Avec le temps, la pilule a fini par passer, notamment, avec les deux bétas, qui ont permis de rassurer les joueurs aficionados de la série, ainsi que les joueurs plus occasionnels.

Pour les râleurs qui rétorquait à l'éditeur japonais qui annonçait 1200 véhicules sur GT6, que cela incluait une douzaine de Nissan Skyline GT-R R34, ou encore 15 Honda S2000, ils sont désormais bien servis, puisqu'il n'y a plus de R34 ni de S2000, ça c'est fait !

Malgré tout, le subterfuge est toujours d'actualité, puisqu'en plus d'avoir un faible nombre de véhicules, certains sont toujours disponibles en plusieurs exemplaires. Rassemblées par groupes, Nxxx ou xxx indique le niveau de puissance, pour les voitures de tourisme, Gr3/4/1 pour les voitures de course ou encore les GrB pour les véhicules de Rallye. Enfin, il existe un groupe un peu spécial, le GrX qui contient toutes les voitures hors normes, comme par exemple, la plupart des Vision GT.

 

Optimisation par groupes ... pas optimisés

Si cette idée de rassembler les voitures par groupe pour faire des courses équilibrées, elle est, à mon avis, mise en place très maladroitement. En effet, dans le but de multiplier les voitures certaines se trouvent dans plusieurs catégories, comme par exemple la Nissan GT-R, qui finalement se trouve dans presque toutes les catégories, on retrouve ainsi la voiture normale, celle que l'on peut croiser sur la route, ainsi qu'un modèle de course dans le Groupe 4, puis une autre dans le groupe 3, un safety car dans le groupe X, et enfin une autre dans le Groupe B, le groupe Rallye ... Si les 4 premières sont assez légitimes, qui a déjà vu une Nissan GT-R dans un rallye terre ?! Je hurle à l’aberration !

Si avoir un modèle street-legal et un modèle de course semble logique, elles sont aussi assez nombreuses à se trouver dans les deux groupes principaux de courses 4 et 3 : Alfa Roméo 4C, Chevrolet Corvette C7, Dodge Viper, Ferrari 458, Ford Mustang, Honda NSX, Hyundai Genesis, Jaguar F-Type, pour ne parler que des premières marques par ordre alphabétique. Alors que lorsque l'on voit tous ces modèles, il est facile de les imaginer dans l'un des deux groupes mais rarement les deux, tout cela pour augmenter virtuellement le nombre de voitures, ... ridicule.

Pire, ce mélange forcé amène a des aberrations qu'on ne devrait pas voir dans un jeu dont la tag line est The Real Driving Simulator ! Ainsi dans le groupe 4, nous retrouvons une Mégane RS de course, certe performante, mais a-t-elle logiquement, et normalement une chance face à une Bugatti Veyron et ses mille chevaux ? Elles se retrouvent pourtant dans les mêmes courses, avec un équilibre de performance qui ne représente plus du tout le potentiel réel des voitures, cela en devient surréaliste.

Au final, on ne retrouve qu'un nombre très limité de voitures, bien moins que les 170 annoncées, et ce nombre est encore grévé par un nombre impressionnant de modèles Vision GT. Nouvelle lubie de Polyphonie Digital, ces visions du futur de l'automobile, avec lesquelles le jeu ressemble beaucoup plus à WipeOut qu'à un simulateur de pilote. Mêmes si elles sont réalisées en partenariat avec les marques, pour un résultat au final, fort jolie, elles commencent à prendre beaucoup de place, n'en laissant plus trop aux voitures "réelles" de Grand Tourisme.

Et pourtant, dans un Gran Turismo, je ne sais pas pour vous, mais, c'est moi, ce sont celles que je recherche. De même, les modèles de courses sont, eux aussi, de plus en plus présents.

Test skymac : GT Sport

Heureusement, si la quantité n'est pas là, la qualité, elle, est très présente et est finalement suffisante pour sauver l'ensemble du naufrage. La plupart ne sont que des voitures très récentes et font parti de l'élite des modèles sportifs, accessibles pour monsieur tout-le-monde comme les Clio et Mégane RS ou plus inaccessibles mais faisant tout autant rêver comme la Ferrari 458 Italia, les Aston Martin Vantage, la McLaren 650S et de nombreuses autres. Une nouvelle venue a particulièrement été remarquée, il s'agit de la Porsche 911 GT3 RS, le lien entre Porsche et EA ayant terminé en 2016, tous les jeux hors EA peuvent enfin proposer des voitures de la marque Allemande (et RUF risque, malheureusement, de retomber dans les oubliettes).

Et à côté de cela, la modélisation de tous les circuits, et aussi des voitures est parfaite, vous pouvez zoomer sur n'importe quel détail lors d'un arrêt sur image, tout est absolument incroyable, par exemple chaque phare est composé d'une multitude de composants, et chaque polygone composant les éléments 3D est désormais totalement invisible. L'évolution avec Gran Turismo 1 est assez incroyable.

Dernier point à ce sujet, Kazunori Yamauchi, concepteur et réalisateur du jeu, a d'ores et déjà annoncer que GT Sport est capable d'accueillir de nouvelles voitures via des mises à jour, et les premières à faire parti de ces ajouts seront probablement la Nissan 370Z préparée pour le drift de Chris Forsberg ainsi que la voiture gagnante du Gran Turismo Award du SEMA Show 2017 : Honda Civic (1992) EX de Phil Robles.

Dès l'ouverture du jeu, on voit que le jeu est réalisé par des passionnés d'automobile pour des amateurs de belles mécaniques ... ou peut être est-ce l'inverse ?

Le menu est minimaliste, afin de laisser une immense majorité de l'écran, pour l'affichage de photos de toutes sortes, que ce soit des zooms de la modélisation des véhicules, des photos de véhicules ou encore des images historiques. Tout est fait pour mettre en avant la passion pour l'automobile.

 

Un menu clair et 3 modes de jeu

Entrons désormais dans le vif du sujet ! Le jeu propose trois modes différents, les deux premiers font office de solo et permettent de gagner du cash, alors que le troisième est le mode en-ligne.

Test skymac : GT Sport

Le premier mode est l'Arcade, simplement, il permet de faire des courses, ou simplement de rouler sur un circuit, en contre-la-montre, afin de s'améliorer. Ce mode enregistre les meilleurs temps réalisés par voiture, ce qui permet d'améliorer ses réglages, mais aussi de comparer des voitures de même catégorie. Ce menu permet aussi d’accéder au drift, devenu annexe, il est cependant assez important, puisqu'un trophée demande de cumuler un million de points de dérapage. Bon courage ! Le mode 2 joueurs sur la même console semble toujours présent, une excellente nouvelle pour les soirées canapé entre amis !

Le second est la Campagne, sensé être LE "Mode solo" annoncé par le réalisateur du jeu. Découpé en trois morceaux majeurs, il ne s'agit pas d'un vrai mode solo, comme nous avions pu le voir dans les épisodes précédemment, mais plutôt d'une école à grande échelle, très grande échelle. Encore une fois, passé le côté déception de ne pas disposer d'un vrai solo, cette campagne est relativement bien faite, chacun des trois morceaux permettant d'aborder des points différents du pilotage.

Test skymac : GT Sport

Pour chacune des épreuves, vous pouvez obtenir le bronze, l'argent ou l'or. Si le bronze permet d'accéder à l'épreuve suivante, l'or permet d'obtenir de nouvelles voitures. Le bronze est en général assez facile à obtenir, très souvent du premier essai, alors que l'or, nécessitera quelques essais.

Test skymac : GT Sport

Un score ami est disponible pour chacune de ces épreuves, ce qui permet de comparer ses performances avec celles de ses contacts en ligne ou chercher à les battre, une fonctionnalité "sociale" toute simple mais très appréciable.

Il est impératif de commencer par l'école, vous apprenant les bases du pilotage, il s'agit d'épreuves assez simples, que l'on termine assez rapidement. Dans les missions, il s'agira plutôt de vous mettre dans des situations, très diverses, de courses. D'une difficulté très inégale, l'or pourra s'obtenir directement ou parfois nécessitera une demi-journée d'acharnement, mais j'imagine que cela dépend du niveau du pilote et des affinités avec les épreuves.

Il faut savoir que certaines épreuves nécessitent d'utiliser ses propres voitures, il se peut que l'épreuve soit plus difficile avec une voiture qu'une autre. Je me souviens ainsi d'une épreuve nécessitant une voiture Gr3, ne disposant que de la NSX, je n'avais pas réussi au bout de quelques essais, n'arrivant pas à conserver la voiture sur la piste, il m'a fallut acheter une autre voiture, une Nissan GT-R, pour finalement passer l'épreuve du premier coup, la GT-R étant moins performante mais plus stable. Aussi, lors des épreuves de course, il y a parfois une voiture de tête très difficile à rattraper, et il est possible, en rechargeant la course, que l'ordre des voitures ait changé, il est ainsi possible de passer l'épreuve plus facilement, ou si vous aimez le challenge, de garder cette voiture pilote pour vous forcer à vous dépasser.

Prenant mon temps, je n'en suis pas encore au bout, comme pour les expériences de course. Ce mode est encore différent et propose de parfaire votre apprentissage de toutes les pistes que propose le jeu. Il s'agit d'abattre un certain temps, d'abord par tronçons puis sur un tour complet. C'est un réel moyen d'améliorer sa technique sur chacun des circuits du jeu. Les tronçons sont souvent assez courts et découpés assez intelligemment, afin de recommencer autant de fois que nécessaire pour battre son objectif, tout en perfectionnant ses points de freinages et trajectoires. Ici encore, il faut savoir que l'or est envisageable dans toutes les épreuves, la difficulté est présente mais pas insurmontable.

Avec toutes ces épreuves, vous disposerez des armes suffisantes pour attaquer les courses en ligne du mode Sport !

 

Mode Sport, coeur battant de GT Sport

Le mode Sport est définitivement le mode principal du jeu, c'est lui qui constitue tout l'intérêt de ce jeu. Lui aussi se découpe en plusieurs morceaux, d'un côté les courses quotidiennes, et de l'autre les courses du championnat FIA.

Tous les jours, trois nouvelles courses sont proposées, si cela peut paraître peu, c'est largement suffisant pour les joueurs occasionnels qui feront deux à trois courses pour se détendre, tandis que les joueurs chevronnés en profiteront pour s'améliorer à chaque nouvelle course, ou iront directement se battre contre des joueurs de leur niveau dans les championnats FIA.

Test skymac : GT Sport

Chaque course est précédée d'une séance de qualification, partie importante de la course, qui permet de se placer sur la grille de départ. Il est aussi possible de partir sans, mais le combat sera rude pour grappiller quelques places, mais n'espérez pas la victoire.

Les courses sont de vraies joutes, comme nous sommes en ligne avec d'autres joueurs. Ils profiteront de chacun de vos moments de faiblesse pour vous passer devant, sans aucun scrupule.

Pour ces courses, Polyphony Digitial a instauré un double système de classement afin que l'on se retrouve avec d'autres joueurs de notre niveau. Un premier classement correspond à vos résultats sur la piste, lorsque vous vous classez correctement lors des courses, vous montez, à contrario, un mauvais placement sur la ligne d'arrivée vous fera dégringoler !

Et GT Sport ne déroge pas à la règle, dès qu'il y a un classement de ce genre, on descend toujours plus vite que l'on ne monte !

Le second est un classement, beaucoup plus subtil, qui correspond à votre qualité de fair-play sur la piste. Pour commencer le mode Sport, il est indispensable de regarder deux vidéos créées pour l'occasion expliquant le fair-play sur la piste. Ce passable obligé n'est pas aussi pénible qu'on le pense. Elles sont vraiment bien faites, assez courtes et vont droit à l'essentiel.

En course, chaque impact sera sanctionné une réduction immédiate de votre niveau de fair-play, et comme cela se calcule sur l'ensemble d'une section de circuit, autant vous dire de suite que si vous avez l'habitude de jouer aux auto-tamponneuses, votre niveau de fair-play de montera pas rapidement.

Ce niveau est assez intéressant, car plus vous piloterez propre, plus vous aurez la chance de tomber avec d'autres pilotes, qui eux aussi, prennent plaisir à piloter dans les règles de l'art, évitant ainsi tous les boulets qui finiront par ne jouer qu'entre eux. Malheureusement, ce système qui parait si parfait, ne l'est pas vraiment. En effet, pour une raison assez obscure, lorsqu'un joueur vous touche, vous subissez aussi cette baisse, il est donc nécessaire de parfois laisser passer les pilotes un peu trop belliqueux. Il faut aussi savoir qu'en plus d'une baisse de RFP, il subiront une pénalité.

Ces pénalités sont aussi très bien intégrées aux courses, où elles se cumulent. Il est possible de les réduire en lâchant l'accélérateur dans les portions où vous auriez du être à fond, ou alors, sinon elles sont ajoutées à votre temps total de course. Lors de certaines courses, après la frustration d'avoir été poussé et  encore poussé par des pilotes sans scrupules, j'ai eu la bonne surprise de récupérer mes places grâces à leurs fortes pénalités accumulées. Il faut savoir dans certain cas, garder son sans-froid pour finalement se classer en bonne position.

Enfin lorsque la collision s’apprête à être trop violente, les autos passent en mode "transparence", et se traversent comme si elles n'étaient pas la. Reste que les baisse de RFP et pénalité restent bien présentes, et très punitives, pour le joueur qui a oublié où étaient les freins.

Dans les faits, le résultat est très approximatif. Dans certaines courses, il règne un fair-play absolu, chacun faisant attention à tous, n'effectuant que des dépassement lorsque c'est possible, évitant les pilotes ayant raté un virage, eux-même laissant passant les concurrents ne s'étant pas plantés, bref, une entente de course parfaite. D'autres se transforment rapidement en un pugilat digne des jeux romains ! Dans ces cas, il est préférable de soit être tout devant, pour éviter la bataille de tranchées, soit être tout derrière et prendre son mal en patience. Et malheureusement, il en faut peu, pour qu'une belle course se transforme en destruction derby. Il suffit d'un joueur, d'un rustre pour en énerver d'autres et ainsi de suite. Un peu comme sur la route dans notre vie de tous les jours.

 

Un pilotage pointu, précis, affuté !

D'un point de vue pilotage, GT Sport reste maitre dans son domaine, le pilotage des voitures est facile, pour peu que vous ayez bien avancé, voir atomisé, le mode Campagne du jeu, tout en étant technique et très proche du pilotage d'une voiture réelle. Il y a cependant une toute petite part d'arcade permettant de compenser le fait que l'on ne se trouve pas dans une vraie voiture, et que l'on ne dispose pas de toutes les sensations (mais quel kiff ce serait d'avoir un siège qui bouge en fonction de ce qui se passe dans le jeu). Cela permet d'être légèrement permissif, une erreur vous fera, c'est sûr, perdre quelques places, mais vous pourrez vous remettre en piste rapidement. De ce point de vue la, le jeu fait un quasi sans faute.

En piste, GT Sport récompensera beaucoup plus les conduites toute en souplesse. En forçant, il est possible de grappiller quelques dixièmes au tour, mais en prenant d’énormes risques de surchauffe des pneus, favorisant donc les pertes d'adhérences. Et une fois parti en glissade, il faut la jouer encore plus zen pour rattraper et revenir en course.

Test skymac : GT Sport

Comme d'habitude, le jeu propose de multiples aides à la conduite, certaines sont réalistes, d'autres moins, quand à l'aide à la conduite automatique, elle permet aux débutants de prendre en main le jeu rapidement et d'évoluer tranquillement. S'il était possible, précédemment d'afficher une trajectoire de course, cette option a changé proposant des alternatives : afficher des cônes de repérage plus réalistes, ou des indicateurs de virage, un peu plus arcade.

Reste à savoir si, en course dans le mode Sport, tout le monde joue avec les mêmes aides ? Car certaines, comme le GSA ou l'aide au contre-braquage, permettent tout de même de rattraper les erreurs de pilotage et donc d'aller plus vite malgré une perte flagrante de réalisme.

A noter qu'il est possible de modifier la valeur de SCT pendant la course, à travers le HUD disponible dans le volant. Une nouvelle fonctionnalité très appréciable, qui permet, lors des qualifications de trouver le meilleur réglage, sans sortir et re-rentrer de multiples fois dans la courses. Mais cet outil génial ne se limite pas qu'à cette action, il est aussi possible de voir un résumé de son meilleur temps, par section, de régler l'équilibre des freins (avant/arrière), d'avoir un aperçu du circuit et un radar affichant les autres voitures.

Histoire d'être fidèle à lui même, le jeu n'intègre pas les dégâts, et c'est bien dommage, cela aurait rajouter la touche de réalisme qui lui manque.

J'ai profité de la sortie du jeu pour dépoussiérer mon volant, un Thrustmaster T150, largement suffisant pour les joueurs occasionnels. L'immersion est tout simplement géniale, le retour de force est impeccable, et la précision de pilotage fait plaisir. Cela procure de réelles sensations, très proches de ce que l'on ressent au volant d'une vraie voiture, un minimum sportive. Le résultat est tellement satisfaisant, que je n'ai pas encore eu le courage de tester le jeu à la manette. C'est un combo que je recommande fortement pour une expérience complète.

 

Disciplines alternatives

Allez savoir pourquoi, PD s'est entêté à conserver un mode rallye qui n'est finalement accessible qu'en Arcade, et en Campagne. Il est malheureusement totalement absent du mode Sport, mais cela changera peut être avec le temps.

Dans un premier temps, comme dans beaucoup d'articles à propos de GT Sport, j'ai pesté contre cette discipline de course. Il faut dire que la première piste à laquelle on accède, Colorado Springs est peut être la seule piste ratée du jeu, très large, avec des bords mal déterminés, on a l'impression que l'on pourra rouler comme sur les pistes asphaltes du jeu, ce qui n'est clairement pas le cas.

Heureusement les deux autres pistes en terre du jeu, et en particulier Fishermans Ranch, rattrape largement le coup, affichant une vraie piste en terre, d'une largeur plus raisonnable, et des bords bien marqués. En prenant le temps, tout simplement en ne partant pas à fond, sans réfléchir, on se rend compte que le pilotage sur terre procure de vraies sensations. Ces sensations sont finalement très très proches de ce que l'on peut ressentir lors des stages Rallyes chez nos amis de P2C-Racing, il faut juste se rendre compte que l'on conduit, dans le jeu, des véhicules de Rallye, donc entièrement préparés et optimisés pour la discipline et à la puissance démeusurée. Alors, en effet, ça glisse, ça glisse beaucoup, et chaque erreur se paye encore plus rapidement que sur l'asphalte, mais comme dit plus haut, en la jouant cool, et en préparant bien ses glissades sur la trajectoire, on finit par gagner de nombreuses secondes à chaque virage.

Une fois la maîtrise des véhicules GrB sur la terre, il devient très fun de les amener sur les circuits asphaltes, en particulier sur Alsace, visiblement conçu pour, comme une spéciale de Rallye.

Pour continuer avec les disciplines annexes, le karting est lui aussi de retour. Lui aussi, dispose d'une conduite totalement différente du reste du jeu. Mais impossible de prendre du plaisir dans cette discipline, cela glisse tellement qu'il est pénible de tenir ces véhicules sur la piste.

 

Gestion du profil

GT Sport conserve un système de niveau, chaque course vous donnera de l'expérience afin de gravir les échelons. La campagne vous permettra d'obtenir rapidement les premiers niveaux, favorisant votre apprentissage avant de vous jeter dans le grand bain. En montant de niveaux, vous accèderez à de nouveaux circuits pour le mode Arcade, et il faudra atteindre le niveau 20 pour tous les débloquer.

Test skymac : GT Sport

Le marathon quotidien instauré dans la béta fermé a été conservé, permettant d'obtenir une nouvelle voiture chaque jour, au hasard parmi toutes celles disponibles dans le jeu. Et avec toutes celles que l'on gagne lors de la campagne, vous disposerez rapidement d'une sacrée collection, malgré les nombreux doubles que vous obtiendrez. Si avec tout cela, vous n'obtenez pas la voiture de vos rêves, il sera toujours possible de l'acheter dans le Brand Center.

Mais attention, vous ne gagnerez du cash que dans les modes Arcade et Campagnes, sachant que les gains dans la Campagne sont uniques, il ne restera ensuite que l'Arcade. Attention alors à ne pas tout dépenser, ne visez que les indispensables, puis laissez faire la chance, et si finalement, elle n'arrive pas, vous disposez toujours de votre réserve pour acheter le bolide qu'il vous manque.

Test skymac : GT Sport

En plus de tout cela, Polyphony Digital a mis en place un autre système en parallèle, en avançant dans le jeu, vous pourrez gagner des Miles. Et vous pourrez dépenser ces Miles dans une boutique spéciale dans laquelle vous trouverez de nombreux éléments de customisation : casques, combinaisons, jantes, couleurs, stickers et j'en passe. Quelques voitures, non disponibles dans le Brand Center, sont aussi disponibles dans cette boutique. Il s'agit de véhicules spéciaux, comme les modèles "Road Car" des voitures de Rallye GrB ou encore des Safety Cars avec leurs lumières.

Attention, le contenu de la boutique change chaque semaine, il faudra donc économiser pour obtenir les éléments que l'on souhaite au bon moment.

Test skymac : GT Sport

Il est aussi possible d'utiliser les Miles pour améliorer les véhicules a travers un système très simple d'évolution. Sachant qu'il existe déjà un système d'équilibre des performances, l'utilisation de ce système est très bizarre et semble sorti de nul part.

Enfin, pensez à récupérer vos gains dans les succès de votre compte, ils vous donneront des Miles supplémentaires ainsi que de l'expérience.

Vous pourrez utiliser tous ces achats dans un éditeur de livrée très complet, et longuement attendu par les fans. C'est d'autant plus le cas, avec un jeu massivement axé sur le multijoueur, ou chacun peut afficher la voiture avec le design qu'il souhaite. Un vrai bonheur pour les amateurs de personnalisation de voiture.

 

Modes accessoires

Pour le plus grand bonheur des amateurs de photo, le mode dédié est de retour, plus complet que jamais. Il est cependant nécessaire d'avoir beaucoup de temps pour préparer ces photos tant le nombre de réglages est impressionnant. Tout comme le nombre de scènes est carrément devenu indécent. Il vous faudra de nombreux jours pour en faire le tour.

Test skymac : GT Sport

Et il n'est pas le seul mode à être de retour, le musée, lui aussi fait sa rentrée, une preuve de plus de la passion qui anime ses créateurs. Les informations sont nombreuses, et toujours accompagnées de photos.

 

Finalement, qu'en penser ?

Pour conclure, Gran Turismo est enfin retour, après une trop longue absence, et si le jeu est totalement différent de ce que l'on a toujours connu, mais surtout de ce que l'on attendait, il apporte cependant une touche de nouveauté avec un mode en ligne particulièrement travaillé. Il dispose de beaucoup de bonnes idées, malheureusement, il y a toujours de petits détails qui, sans le rendre totalement raté, en gâchent légèrement la réalisation et l’empêchent d'être le jeu parfait qu'il aurait du être.

Si l'on sent que beaucoup de temps a été passé sur son développement, on se dit que l'on se serait bien passé de nombreux éléments (musée, photo, ...) et d'une modélisation légèrement moins précise au profit d'un peu plus de voitures et de circuits, puisqu'au final, il s'agit du coeur de GT Sport.

Malgré ces nombreux petits défauts, GT Sport reste une référence dans le monde de la simulation automobile, et son mode Sport va marquer et rassembler tous les pilotes du monde. Evidement, en profiter avec un volant augmente de beaucoup le plaisir de jeu, et je ne peux que conseiller les amateurs du genre de s'en procurer un pour profiter pleinement du jeu.

 

Retrouver les différentes versions et accessoires GT Sport sur Amazon :

 

 
Sommaire de la série
 
 
Commentaires
Aucun commentaire pour le moment.

 

Poster un commentaire
En postant sur skymac.org, je m'engage à être courtois et à ce que mon message soit pertinent avec le sujet de l'article.
En outre, j'accepte, sans condition, que mon message soit refusé et supprimé si ces règles ne sont pas appliquées.